vendredi 20 septembre 2019

programme 2019



Programme de l’année 2019 :

·        National « Maraudeur » sur le lac du Bourdon en Bourgogne. Le club nous a réservé un excellent accueil. Comme nous le souhaitons c’est l’occasion de rencontrer des gens sympathiques et de partager de bons moments. La régate n’est pas notre programme favori, ce séjour a permis à Désiré d’être barré par les deux derniers présidents de l’AS , merci Jean Louis, merci Louis.


·        Les rendez-vous de l’Erdre ; manifestation sympathique rassemblant les bateaux anciens et festival de Jazz. Le cadre est très beau, à refaire. Cela nous permettra de mieux appréhender les difficultés liées au tirant d’air important de désiré, imposant le démâtage pour franchir certains ponts ; pas vraiment commode !
La navigation vers Nantes est plutôt musclée, l’organisation nous annonce des rafales  30 nds, c’est l’occasion de vérifier que je peux installer les 2 ris sur la grand-voile. Résultat impeccable, ce jour-là cinq bateaux dessaleront !



·        La Rance, l’article paru dans Voiles et Voiliers de septembre 2017 m’a donné l’envie de naviguer sur cet estuaire : mi mer, mi rivière ; nous n’avons pas été déçus. Sortie du port de Plouer équipé d’une porte manœuvrée en fonction des marées provoquées par le barrage de l’usine marée motrice. Remonté possible jusqu’à DINAN que nous n’avons pas fait, faute de temps. 



            Pour profiter au mieux de Désiré nous avons décidé de nous équiper d’un fourgon dont j’ai réalisé l’équipement. Il s’agit d’un Peugeot  Expert de 115 cv, puissance nettement suffisante pour tracter en sécurité et assez économique (7.00 l/100 km maxi). Nous pouvons ainsi déplacer Désiré ou bon nous semble, nous disposons du confort minimum sans les contraintes du camping-car : pas de tarif élevé sur les autoroutes et accès à tous les parkings avec la hauteur maxi de 2,00 m.

Les dernières navigations m’ont amenées à compléter l’équipement de Désiré :
·         Prises de ris :
Installation de 2 palans intégrés à la bôme, balancine et crocs de ris avec mousquetons. Essais satisfaisants sur l’Erdre et La Rance cet été.
·         Rails de voile d’avant :
La voile que j’ai fait réaliser ne pouvait pas être correctement établie avec les rails installés sur le rouf. Apres conseils recueillis auprès des fabricants de voile je décide de la conserver en l’état. (J’avais envisagé un moment d’en faire une autre). Je vais déplacer les rails pour les installer sur le pont.
Les essais réalisés en faisant passer l’écoute dans les cadènes des haubans m’ont permis de vérifier que c’était la bonne solution.

·         Remise en état des freins de remorque, j’avais constaté le mauvais fonctionnement du frein de parking. Ayant des doutes sur l’ensemble de ces freins j’ai procédé au démontage des tambours et au remplacement des garnitures.
·      Agrandissement de l’atelier qui s’allonge de 65 cm, cela permettra de mettre à l’abri Désiré sur sa remorque et de fermer les portes.

 Et pourquoi pas un bateau un peu plus grand et plus confortable  ???

mercredi 7 novembre 2018

Première saison - été 2018



Suite aux tests effectués sous la direction de François Vivier celui-ci m’a fait rapidement parvenir les rapports nécessaires à l’établissement de la carte de navigation de Désiré  ainsi qu’à son assurance. Il s’agit de :
* rapport d’expertise demandé par l’assureur ; au départ il me demandait la facture d’achat du bateau !
* rapport des tests de flottabilité et de retournement


 
Je peux maintenant naviguer avec Désiré en toute sérénité il dispose de tous les documents règlementaires. Je me suis fait plaisir en installant la plaque signalétique règlementaire suivant la division 245 du règlement relatif à la sécurité des navires.




Après Arzal en Juin j’ai choisi le lac de Vassivière en Limousin pour naviguer fin aout, nous disposions d’un emplacement au port à proximité du camping ou nous étions installés. Ce plan d’eau est superbe, nous avons pu profiter sans modération de Désiré.

Les derniers travaux d’aménagement le rendent à chaque fois plus accueillant
 * coussins en mousse de 6 cm d’épais densité 35 kg/m3 découpée au cutter (lame neuve obligatoire) et tissu toile imperméable bleu marine évidemment.
            * housse de grand-voile réalisée dans la toile d’un vieil auvent de caravane. Y compris les fermetures « éclair ». Bravo la couturière, très beau résultat.
            * équipets supplémentaires sur la paroi de chaque côté de la descente.
            * sangles de rappel dans cockpit.



            La dernière sortie à LA ROCHELLE m’a permis de constater qu’il était indispensable d’installer un dispositif de prise de ris pratique et « confortable » en effet par vent de force 4 il est indispensable de ne pas laisser « tout dessus ». Je n’arrivais pas à tenir le bateau, on a même rempli partiellement le cockpit qui est heureusement auto videur.
Il faut dire que les ris que nous avions installés en urgence n’étaient pas suffisamment efficaces.
            Il faudra également raccourcir la barre, au changement de bord elle gêne,  et l’écoute de grand-voile est trop courte.

            J’envisage une installation avec bosses de ris 1 et 2 sur poulies encastrées et taquets sur la bôme. Plusieurs propriétaires de maraudeurs m’ont fait part de leur expérience, je vais donc m’en inspirer.  Un maraud navigue en Guadeloupe par 20 nds de vent !!
            Je vous ferai part de mon installation dans le prochain article. Il faudra aussi que j’envisage un spi ; tout un programme…

mercredi 27 juin 2018

tests de stabilité et redressement




·         Baptême
            « Désiré » est le nom que portera notre bateau, son baptême a eu lieu dans le Jura  lors du rassemblement en l’occasion du soixantenaire du Maraudeur. Sa proue a été arrosée de champagne, nous n’avons pas envisagé de cassé la bouteille, sa coque n’aurait pas supporté le choc. Le contreplaqué moulé époxy est solide, mais tout de même !
           



·         Dispositif de maintien de la dérive
En vue des tests de redressement, j’ajoute un dispositif de blocage et de rétablissement de la dérive. En effet en cas de retournement complet du bateau la dérive peut se déplacer dans son puit et même y rentrer complètement. Hors la dérive sert de bras de levier à l’équipage pour redresser le bateau, il est donc indispensable de la maintenir sortie en position basse.


·      Test de redressement et de stabilité
Les tests de stabilité et de redressement ont eu lieu sur la Vilaine juste avant le barrage d’Arzal. Cet endroit a été choisi par l’architecte François Vivier car le tirant d’eau est de plus de 8.00 m profondeur nécessaire au retournement complet du bateau.
Le bateau a été chaviré entre deux pontons nous avons constaté que le bateau se redresse immédiatement sans intervention humaine, la force à exercer en tête de mat pour le retenir est 6 kg.
Ensuite le bateau a été rempli complètement d’eau :
1 /en position mat horizontal le bateau est à l’équilibre, même avec un équipier à l’intérieur
2/ un équipage de 4 personnes a été embarqué (soit environ une charge de 320 kg) : le bateau flotte avec une marge d’une dizaine de cm avec une certaine stabilité ;



 Compte tenu de ce constat Il n’a pas été jugé nécessaire de procéder à son retournement complet à 180 °. Les tests menés assurent la conformité à la norme ISO 12217.
Un grand merci à tous les participants qui ont permis le bon déroulement de ces tests, et ce dans une très bonne ambiance. Avec une mention toute spéciale à Claude et Anne Marie qui nous ont de plus hébergés à Batz.

Je vais maintenant demander le certificat de navigation à l’administration et me rapprocher de mon assureur. Il me demande un procès-verbal d’expertise, j’espère que l’attestation de François Vivier lui suffira.